Le Retour de Marçao, jour 10 – Poker et scène de ménage

Cette dixième journée de tournage du film guérilla Le Retour de Marçao doit montrer le quotidien des méchants du film, les Grossovski, autour d’une table de poker. Elle doit également faire prendre à Marçao, notre héros, une décision cruciale pour son couple…

12239489_986990898005977_3675059477465211813_n

C’est dans une galerie parisienne que nous avons tourné ces scènes. Retour dans un lieu particulier pour moi, puisque c’est ici, à quelques pas de la place de la République à Paris que nous étions calfeutrés, une douzaine de personnes et moi, pendant les attaques du 13 novembre 2015. Tourner ici m’a servi de catharsis, d’une certaine façon.

La galerie présente deux avantages : d’une part elle dispose d’une vaste salle d’exposition qui nous permet d’installer notre matériel, régie, HMC (Habillage Maquillage Coiffure), etc. D’autre part, nous pouvons profiter de deux salles qui correspondront parfaitement, avec de bons éléments de décoration, aux appartements occupés par Monica et par sa logeuse et sa famille, les Grossovski. Du tout en un !

12310582_987270291311371_8256050571247469345_n

Bien que les décors soient parfaits pour cette séquence, l’espace est réduit. Il faut jongler avec inventivité avec les mandarines (les lumières) et les placements de caméra pour changer d’angle, penser les scènes de telle sorte qu’il n’y ait pas tant de changement d’angle que cela justement… C’est le moment que je choisis pour tenter de placer un mouvement de caméra délicat, à bout de bras : je veux qu’on suive un personnage (Tom Hondier, mon assistant personnel, qui a accepté avec gentillesse et une pointe d’ironie de se prêter au jeu) et une femme (la talentueuse réalisatrice Malika Zairi qui m’a fait le plaisir de venir spécialement pour cette scène), qu’on s’arrête avec eux au pied d’un escalier, puis que la caméra suive la femme qui entre dans une pièce, à la fois par un mouvement pivotant, mais aussi en plongée, ce qui suppose de lever la caméra qui révèlera ainsi toute la famille des Grossovski dans un joli plan d’ensemble.

Avec la Bolex fixée sur un glide, ce mouvement n’est pas simple, et on s’y reprend à plusieurs fois, alternativement Amaury Audoin, le chef opérateur, et moi, avant d’obtenir quelque chose d’acceptable. Que la caméra soit instable n’est pas un souci pour moi : le film assume son côté guérilla, et de légers mouvements font partie du style. Parfois, sinon souvent, les plans fixes m’ennuient bien davantage. Mais on ne maîtrise pas tout (et heureusement), et sur la prise la plus réussie de cette scène, le dérushage révèlera une splendide ombre portée du moniteur de contrôle portable, ainsi que l’ombre de la perche son. Un classique…

12246782_987270737977993_2873630832441762157_n

(Marie Rahola, « Monica » aussi belle qu’intense. Et un sens de l’humour surprenant, qui ne se lit pas beaucoup sur cette image où elle s’apprête à dessouder Marçao)

Là aussi, j’assume très bien cette erreur : ça fait partie des petits ratés qui donnent un certain charme au cinéma !

En une journée, nous parvenons à tourner toutes les scènes que nous souhaitons : une partie de poker, deux confrontations musclées entre Marçao, Olga Grossovski (la somptueuse Audrey Lange) et son frère psychopathe (Sébastien Le Rest, iconique), une scène de couple adorable autour d’un plat de pâtes, un dialogue « post love » entre Marçao et Monica, et une scène de ménage. Le cinéma guérilla, c’est de l’optimisation du temps.

Mission accomplie !

12308278_987270484644685_1446357592215084196_n

BAFTA : les films diffusés uniquement en streaming seront éligibles. La révolution est là.

C’est LA bonne nouvelle, l’excellente nouvelle des BAFTA, l’académie britannique du cinéma, l’équivalent des Oscars au Royaume-Uni : désormais, les films diffusés uniquement en streaming seront tout aussi éligibles que ceux qui  auront au préalable bénéficié d’une sortie en salle.

Révolution, oui, et une belle, une qui ne nécessitera pas de couper des têtes. Une révolution qui considère le cinéma en tant que tel et non pas en fonction de son mode de diffusion. On parle à nouveau et enfin de cinéma pour ce qu’il est.

tom cruise di caprio

Tom Cruise et Leonardo di Caprio, bientôt en Direct to VOD

J’avais eu l’intuition que l’avenir du cinéma allait se jouer AUSSI en VOD, en home cinema, tout autant que dans les salles (et même davantage d’ici quelques années, si vous voulez mon avis). Les envies du public changent. Les modes de production des films changent. Le matériel pour faire et voir des films change. Désormais, la façon de les récompenser change aussi.

C’est une nouvelle fabuleuse pour moi, non pas parce qu’elle confirme que j’avais raison (avoir raison n’est jamais une satisfaction), mais parce qu’elle va permettre à de nombreux réalisateurs comme à moi de faire des films d’une autre façon, et d’être reconnus pour leurs films en tant que tels. Parce que ça continue à ouvrir des voies. Parce que ça bouge, ça vit, ce sont des perspectives créatives extraordinaires puisqu’elles sortent du carcan traditionnel.

Oh, ce n’est pas demain que les producteurs qui ont fait leur beurre grâce aux salles, et qui ont encore l’argent nécessaire pour faire des grands films d’envergure internationale accepteront ces changements. On les comprend : pourquoi changer un système qui les a rendus riches ? Reste que des producteurs avec moins d’argent mais plus d’audace, des réalisateurs créatifs, des comédiens optimistes et amoureux de l’art creusent un sillon dans lequel commence à pousser quelque chose de grand. Il n’y a pas qu’un seul cinéma. Le cinéma est incroyablement multiple. Et il y a autant de façon de faire des films.

Bien obligé de reconnaître que Netflix, Amazon et les grands acteurs du web n’y sont pas pour rien. C’est bien sûr leur business qui y gagne avant tout. Mais je veux croire que cela apportera une notoriété et surtout une légitimité aux films destinés à la VOD, faute d’être acceptés par une industrie traditionnelle à la papa, désormais datée.

Knock knock ! Qui frappe à la porte ?