Cocktail Time ! Epatez vos amis avec un « Marçao 2791 » 🇧🇷🍸 La recette illustrée

Plus connu sous son nom courant de cocktail « Marçao », cette préparation raffinée a une origine confuse : inventé sur le plateau-même du film en plein tournage, le cocktail Marçao devait réunir trois conditions essentielles :
– être facile à préparer
– réunir des ingrédients aux couleurs du Brésil
– être un régal pour les papilles (et les mamilles).

C’est en faisant appel au meilleur barman du coin (nous étions à Bry sur Marne, autant vous dire que la concurrence était rude), et avec l’aide de toute l’équipe, que le Marçao a donc été créé. On voit d’ailleurs ce cocktail dans le film, préparé et savouré par Marçao lui-même, au réveil, comme il se doit.

Capture d_écran 2017-08-04 à 18.52.51

Pour le réaliser vous-même et recueillir l’admiration de vos amis, voici la recette pas à pas. Attention, il est important de choisir les meilleurs produits (suivre les conseils de notre barman), et surtout de bien respecter les doses afin que l’équilibre subtil du cocktail soit conservé, et délivre tout son potentiel de fraîcheur et de suavité.

  • Un trait (à discrétion du barman) de boisson énergétique bleue quelconque (nous avons essayé avec du Powerade Grand cru, Monoprix 1,09 €)
  • Une bonne lichette Get 27 pour le vert (Auchan, bouteille de 70 cl à 12,84 €)
  • Une giclée gourmande de jus d’ananas récolte tardive pour le jaune (Simply Market 2,52 €/l)
  • Ajouter une rondelle d’ananas pour le soleil, et vous y êtes.

Bonne dégustation ! N’hésitez pas à nous faire part de vos remarques, et des réactions de vos amis 😉
Capture d_écran 2017-08-04 à 18.55.00

PS. Vous vous demandez sûrement pourquoi le cocktail porte le numéro 2791 ? Vous vous dites que c’est parce que sa recette parfaite a été réalisée après 2791 essais ? Du tout : c’est une facétie du barman qui, pour distinguer le cocktail du nom du personnage et de la bière du même nom, a ajouté son code de carte bleue. Il fallait y penser.

 

Le Retour de Marçao, film guerilla. Jour 7

Au 7ème jour je ne sais pas ce que vous avez fait vous, mais nous, contrairement à d’autres, nous ne nous sommes pas reposés : l’équipe du film est fatiguée, et pourtant elle tourne ! A Paris, en l’occurence dans le 5ème arrondissement et sur les quais de Seine.

La première partie de cette journée de tournage concerne ce qui devait être la toute première scène du film, la première apparition de Marçao à l’écran. C’est une scène que j’ai ajoutée par la suite, et qui s’inspirait royalement de la séquence d’introduction, d’une mélancolie splendide, de Breakfast at Tiffany’s (Diamants sur Canapé), avec Audrey Hepburn. L’idée était de profiter de l’entrée en scène de Marçao par un frisquet (mais lumineux) matin parisien, pour faire un clin d’oeil au film de Blake Edwards.

Quelques différences malgré tout (« tu m’étonnes », vous entends-je me dire, et je ne peux vous donner tort) :
– Au lieu d’une bijouterie new-yorkaise, Marçao s’arrête devant une agence de voyage qui propose des vols pour Rio.
– Marçao ne sirote pas un café ni ne mange un croissant, comme Audrey son alter-égo absolue, mais avale un coca en engloutissant une part de pizza.
– L’élégance d’Audrey Hepburn se traduit chez Marçao par un look parfaitement improbable…

Au montage, cette scène sera coupée. Peut-être la verra-t-on dans la bande annonce. A suivre 😉
Je veux en tout cas remercier l’équipe de l’agence de voyage Huwans pour son accueil et sa gentillesse ! Ce fut un voyage en soi.

12020002_965300166841717_1586183566267708554_n
(Où l’on retrouve de droite à gauche Elodie, Kiem, Damien, Auguste, Hugo et votre serviteur, Bertrand)

La seconde partie de la journée de tournage s’est déroulée sur les quais de la Seine. C’est une scène charnière, puisque Marçao, perdu dans ses pérégrinations et ses désillusions, implore Seu Joao, son idole qui vit à Rio, de lui venir en aide. C’est alors que… Vous vous souvenez de la 2ème journée de tournage, sur fond vert ? Tout se recoupe ! Je ne vous révèlerait pas ce qui se passe, mais j’espère que ça vous surprendra 🙂
12063771_965419296829804_2445942675086190375_n

Notre chance fut de profiter d’un temps incroyablement clément en cette journée d’octobre. Si bien que nous conservons la sensation que le film se déroule en été, et ça, c’est un sacré coup de bol.

Allez, la suite très vite ! Et mollo sur la caïpi.

11988665_965300176841716_3065658406156871423_n

Le Retour de Marçao à Montereau – jour… 6, probablement

Bon, hormis les anecdotes sur la création des chansons et les figurants aussi sympa que motivés, il y a plusieurs événements qui ont marqué ces 3 jours de tournage à Montereau. Je vous les livre dans le désordre.

1- Monsieur L., un entrepreneur qui suivait discrètement l’aventure de Marçao depuis ses débuts, nous a gentiment affrété un bus pour revenir sur Paris de nuit. Mais attention : v’là le bus de rock star, quoi :
12011125_961003760604691_5347372848406375244_n

La classe internationale, non ? Un rang par personne au moins. Merci Monsieur L. !

2- Monsieur L. était venu voir comment se passait le tournage parce qu’il aime beaucoup Auguste Dumay, notre Marçao. Et comme manifestement le déroulement film sur le plateau lui a plu, Monsieur L. nous a aidés à faire le film dans de meilleures conditions en participant financièrement à sa production. Aussi généreux qu’inattendu, mais c’est la magie du cinéma. Là encore, un grand merci ne suffirait qu’à peine à traduire l’émotion que ce geste a produit en moi.

3- Nous avons invité des copains à participer en tant que figurants ou silhouettes parlantes. Des rôles d’agents de sécurité, par exemple, à l’entrée de la salle de concert, ou dans la salle. Ils ont assuré dans ces rôles de composition, comme en témoignent ces photos, parce qu’ils y ont l’air patibulaire mais presque, alors qu’ils sont proprement adorables !!! Merci Elodie, Elisa et Louis 🙂

4- En parlant d’Elisa et d’Elodie, l’idée me plaisait assez d’avoir comme agents de sécurité de la salle des femmes plutôt que des hommes, et qu’elles soient supercutes. Parce que j’aime bien confronter les acteurs à des rôles à contre emploi, et parce que j’aime bien inverser les codes parfois. Et voir Elisa tenir tête aux Grossovski, et les mater d’un regard, je trouvais ça hyper classe !
Pour la petite histoire, Elodie devait assurer tous les rôles de sécurité. A nouveau, l’idée d’un même personnage présent de façon impossible à plusieurs endroits me séduisait. Mais Elodie ne pouvait pas venir sur les 2 jours prévus. Elle m’a présenté Elisa en me disant qu’elles étaient quasi-jumelles. Mais surprise… pas du tout. Enfin pas des masses. En revanche, l’idée que la même agent de sécurité soit différente d’un plan à l’autre, ça oui ! Top les filles, vous avez assuré.
12038140_963748713663529_3764156129722928938_n
(Je sais Elisa, tu n’aimeras pas cette photo, mais tu es tellement dans le rôle ^^)

5- Souvenir d’un super dîner avec Tom, mon assistant réal, un futur grand du cinéma. Ca fait plaisir de bosser avec quelqu’un d’aussi sympa, motivé et efficace. Cheers mate !
11218212_959657797405954_4868629497087125509_n

6- Je n’ai pas de photos de l’équipe technique qui nous a accueillis à Montereau pendant 3 jours, sous la responsabilité de Rudy Bousquet. Mais je tenais à les remercier ici, en vous copiant un extrait de la lettre que j’ai envoyée au maire de Montereau :

    Nous ne pouvons que saluer le professionnalisme de Morad Hachemi, Philippe Michon, Antoine Martin, Jean-Claude Scaleggi et Daniel « Gazou » Vaique. Bien sûr, il n’y a de grande équipe que de meneur respecté. Je tire donc mon chapeau à Rodolphe Bousquet, tout particulièrement.

7- Les spécialistes du Rock n Roll francophone repèreront sûrement à l’image Monsieur Manu Baroux, guitariste de groupes comme Aston Villa, Axel Bauer, Matmatah… Rien que ça. Non seulement Manu a arrangé la chanson de Marçao, « Monica Song », mais il a joué le jeu du guitar hero sur scène, et c’était way cool. 🤘

12011370_959851140719953_5388352279715778889_n

Allez, c’est tout pour aujourd’hui ! Take care kids, et stay funky.

12038522_960313920673675_2227565531833111404_n

Le Retour de Marçao : Jour 4, 5, 6 suite – Fume dans les toilettes

La scène du concours de musique que nous avons tournée à la Salle Rustic de Montereau (77) supposait qu’on fasse jouer différents groupes. Il y a deux anecdotes que je voudrais vous raconter à ce sujet.

La première concerne les figurants que l’on voit faire la queue pour entrer dans la salle. Parmi eux, on reconnaîtra peut-être les membres du groupe qu’on voit au tout début du film, lorsque Marçao se promène sur les quais de la Seine, et avec lequel il interprète Captain Seu pour la première fois à l’écran. Ce sont les musiciens de Hero Of The Day, un chouette groupe qui m’a fait l’amitié de venir jusqu’en Seine-et-Marne pour le film.

Pour le clin d’oeil, je trouvais amusant qu’on les retrouve à travers le film. Une sorte de cameo gagesque dont l’objectif est de titiller la curiosité du spectateur, et d’insister sur le côté absurde du film, une absurdité finalement assez en phase avec le monde, non ?

La seconde anecdote concerne le groupe qui joue sur scène au moment où (attention spoiler) Marçao parvient à entrer dans la salle. Que je vous explique…

 

  • La salle de concert est à Montereau. A chaque que je dis que j’ai participé à la création du festival de Montereau on me répond « Montreux ? Mais c’est super connu ! ». Sauf que Montreux est en Suisse et a été créé bien avant ma naissance.
  • Smoke on the Water, la célèbre chanson de Deep Purple, raconte l’incendie du casino de Montreux lors d’un concert de Franck Zappa.
  • Alors je me suis dit : 1+1=2, écrivons une chanson hommage et parodique ! Et voici comment « We all came out to Montreux », premiers mots du tube interstellaire du Violet Profond devient « On est allés à Montereau », et comment l’incendie du casino devient l’incendie de la salle Rustic, tout ça parce qu’un type… fume dans les toilettes (smoke on the water, si l’on veut bien accepter de mal le traduire).

Merci à Timothée Boeda Binant et à son jumeau cosmique Loïc Bétems de s’être prêtés au jeu, et d’avoir accepté d’être les Dick People, alternative loufoque du Deep Purple.
12020048_959851224053278_9106539300485869480_n
Et parce que les faux raccords sont trop évidents à l’image, voici les paroles complètes de la chanson. Vous l’aurez voulu.
Et pour ceux qui auraient l’air de l’originale en tête, eh bien… amusez-vous 😉

On est allés à Montereau
Entre la Seine et l’Yonne
Pour enregistrer un morceau
Avant que tout déconne
Un poster de Frank Zappa
Accroché dans les cabinets
Je l’ai roulé pour me faire un joint
Mais j’ai tout fait brûler

Fuuuume dans les toilettes
Mon feu dans la cuvette

Toute la salle de spectacle en feu
Les gens partout qui criaient
Qui pleuraient et qui brûlaient
Et moi je planais déjà un peu
C’était stupide de ma part
Mais je n’avais plus de papier
Il fallait bien que je serve l’art
Déjà que j’étais venu à pied

Fuuuume dans les toilettes
Mon feu dans la cuvette

Marçao Jour 4 – Montereau, le retour

En fait, jours 4, 5 et 6 d’affilée. Nous sommes de retour à Montereau-Fault-Yonne en Seine-et-Marne. Car non seulement la mairie nous a fait l’honneur de nous autoriser à monter sur la scène du festival Montereau Confluences pour tourner la dernière scène du film, mais en plus elle nous prête sa salle de spectacle, la salle Rustic, pour tourner sur 3 jours l’une des scènes les plus importantes du Retour de Marçao : la scène centrale, celle à partir de laquelle tout bascule. Et comme Marçao est un musicien, c’est assez logiquement lors d’un concert que tout va se jouer.

Une vraie salle de concert… rien que pour nous

La salle Rustic est magnifique, avec ses 400 places assises, 1000 debout, et sa grande scène. Nous sommes accueillis par l’équipe technique que je connais bien, puisque c’est celle qui bosse aussi sur le festival Confluences. Ca fait plaisir de les revoir, et leur énergie et leur amitié me vont droit au coeur.

12009568_960002637371470_7120814315449411715_n
(Fabrice Colson a revêtu son T-Shirt Collector pour le tournage 😉 Merci Véronique Sanchez pour la production et l’habillage !)

Notre programme est chargé : il y a de nombreuses séquences à tourner. D’ailleurs on va en oublier deux. La première, nous la tourneront par la suite de façon un peu rocambolesque, derrière une poubelle, pour finalement la couper au montage (la magie du cinéma). La seconde, on la rattrapera avec une pointe de créativité, et un cadrage serré, lors d’une autre journée de tournage, bien plus tard.

Mais bref : il faut qu’on film un concert. En fait, un concours de musique type Nouvelle Star. Pendant ce concours, Marçao va monter sur scène, et tout va basculer. Autant vous dire qu’on n’a pas intérêt à se louper. Mais l’équipe est au complet, tous les étudiants qui m’accompagnent sur ce projet délirant sont là, les comédiens arrivent peu à peu (dont Fabrice Colson, plus ponctuel que jamais, il faut dire qu’il habite à côté). On nous a même affrété des mini vans pour rallier Montereau depuis Champigny et ça c’est la classe. Tout est donc prêt pour mettre en boîte une belle scène de concert.

Tout ? Non. Car sur les 50 à 100 figurants initialement prévus, seuls une poignée a finalement pu être recrutée. Une poignée d’une douzaine (ce qui fait beaucoup de doigts, ça je vous l’accorde). Mais cela ne me désarçonne pas, au contraire : je prends ce manque de troupe pour un double challenge de réalisateur.

12046709_963750946996639_4756101559168005495_n
(Donner l’illusion de la foule, sans foule…)

Deux challenges de réalisateur

1er challenge : je me souviens de mon ami Eric Senabre me parlant de son film préféré, Excalibur. Il me disait notamment que la magie du film tenait à ses scènes de bataille, durant lesquelles un tout petit nombre de combattants donnaient malgré tout l’illusion d’une féroce baston et d’une armée aux rangs nourris. Ca m’a marqué et j’y ai beaucoup pensé pour tourner cette séquence de concert. Comment donner l’illusion de la fouler quand il n’y en a pas, de foule ? Plans serrés, contre-jours, il allait falloir ruser, mais c’est ce que je préfère dans le fait de faire des films : trouver des solutions artisanales aux problèmes de cohérence. Et franchement, je suis plutôt fier et satisfait du résultat !

2ème challenge : j’ai 12 figurants pour donner à la fois l’illusion d’un public nombreux, mais aussi pour signifier un nombre important de participants au concours ! Ca implique que les musiciens qui participent et les spectateurs… sont les mêmes. En terme de cohérence justement, on est mal. Par ailleurs, plusieurs scènes montrent l’entrée dans la salle à des moments différents… mais je ne peux pas multiplier les figurants, et chacun est obligé de passer plusieurs fois par l’entrée. Ce qui implique qu’on va revoir les figurants à différents endroits aux mêmes moments, mais aussi à des moments différents.
Je crois que c’est en pensant à ce problème que j’ai réalisé à quel point Marçao devait basculer dans l’absurde. A quel point il y était déjà, en fait, mais qu’il fallait désormais l’assumer. On a après tout un personnage qui parle à son ukulele, et qui dialogue sans problème avec une jeune femme sourde et muette. Il était temps d’enfoncer le clou. Et revoir les mêmes figurants à des endroits différents et de façon impossible ne me choquait plus. Au contraire : cela insistait sur la dimension poétique du film. Je comptais aussi sur l’action elle-même : si le film est bien fait, le spectateur est amené à attacher son attention sur l’action et non pas sur ce qui l’entoure, qui devient simplement un contexte, un décor qui habille avec sens. Vous me direz si sur ce point j’ai réussi mon coup… Quoi qu’il en soit : MERCI A TOUS LES FIGURANTS !!

12074725_963749296996804_4797260374585039671_n
Les figurants ont été présents, et géniaux !!

Bon, je me souviens aussi d’un documentaire sur Kubrick où on explique que le réalisateur a parsemé ses films de personnages récurrents en seconds plans. Je n’en suis pas là non plus, mais j’aime assez cette référence.

Pour la petite histoire, j’ai même recruté certains membres de l’équipe pour des rôles plus visibles, comme Amaury, le cadreur, qui oriente la poursuite de lumière sur la caméra pour assurer une transition idéale avec la chanson de Marçao. Qui filmait alors ? Hugo. Qu’on voit ensuite danser pendant la chanson de Marçao, à la place qu’occupait Amaury, qui filmait… vous avez suivi ? Peut-être vous amuserez-vous à repérer tous ces petits détails, et peut-être le film prendra-t-il à vos yeux une autre tournure !

Allez, d’autres anecdotes du tournage demain, pour la suite de cette séquence capitale ! 😉

PS. Je crois que les photos sont d’Elodie Chambrillon. Pas sûr. Si c’est quelqu’un d’autre dites-le moi ceux qui savent !)

Monaco here I come

Jeudi, départ pour Monaco pour le tournage d’un court métrage pendant le salon MAGIC, organisé par Shibuya Productions et mon pote Cédric B-Sky (Big up!).

Cédric me met la pression pour ce film, qui sera tourné PENDANT le salon. Il a fallu concevoir une histoire de quelques minutes qui prenne place au cours de l’événement, et que nous organisions le tournage tandis que le salon a lieu. Sacré challenge.

caleb-cover-865x505

Du coup, pour ne pas me rater, je repasse les 9 erreurs classiques à ne pas faire sur un film, recensées par Premium Beat. J’aime bien les gens de Premium Beat, parce qu’ils donnent plein de conseils sur la façon de faire un film (le filmmaking), alors que leur job de base c’est de proposer des musiques (de films). Pas exclu que j’utilise l’une des bandes de leur catalogue un de ces 4.

Bref, voici les 9 erreurs à éviter, toutes illustrées dans l’article judicieux de Jourdan Aldredge. Je les ai toutes déjà faites. En espérant que Cédric ne tombe jamais sur cette phrase. Wish me luck!

1- Oublier son matériel ou ne pas avoir chargé les batteries.

2- Travailler avec des lentilles sales (un jour peut-être vous raconterai-je le tournage de ce qui eut pu être Love Angeles, un court métrage tourner à LA. Avec des lentilles sales. Et une Bolex.)

3- Tourner un plan flou. J’avoue.

4- Ne pas vérifier la balance des blancs (et ne pas apprendre que ça existe).

5- Casser la règle des 180°.

6- Sous ou sur-éclairer son set par absence de lumière additionnelle (ou compter un peu trop sur l’étalonneur).

7- Trop compter sur le stabilisateur en post-prod (« on verra ça en post-prod »).

8- Ne pas prendre le temps d’équilibrer le son (ou ne pas prendre le son).

9- Ne pas exporter correctement les fichiers.

 

Le métier de réalisateur

Je viens de terminer un livre génial, une fondation en soi : Faire un Film, de Sidney Lumet.

Page 271 il y a ça : « c’est plus ou moins à ça que se résume le métier de réalisateur : se battre ».

Et une multitude de pages généreuses, touchantes, essentielles.

le-verdict-paul-newman-sidney-lumet-lindsay-crouse

(Big up Cédric Chou Ya-Li ! :))